25 juin 2019

Cannabis, cause significative d’accidents de la route !

Des études ont révélé que, depuis la libéralisation en 2014 de la vente de cannabis dans l’État du Colorado (USA), les accidents de la route ont augmenté de manière dramatique.

En ce début d’été, saison des fêtes et festivals en tout genre, les occasions de fumer des joints sont encore plus nombreuses que d’habitude. Ainsi que les occasions de mélanger drogue et alcool.

C’est pourquoi l’Association Dites Non à la Drogue – Genève, qui fait de la prévention son cheval de bataille depuis plus de 20 ans, a fortement renforcé sa campagne d’information sur les dangers des drogues. Ce printemps, 50’000 brochures ont été distribuées à Genève et ses environs, et 50’000 brochures supplémentaires sont en train d’être distribuées ces jours.

Mercredi 26 juin, déclarée journée mondiale contre la drogue par l’assemblée générale de l’ONU, notre association tiendra un stand d’information au Molard. Nos brochures, faciles à comprendre, se bornent à rapporter des faits scientifiquement prouvés. Notre but est d’éduquer par l’information afin que chacun puisse tirer ses propres conclusions en étant conscient des dangers de la consommation pour soi et des dangers que l’on fait courir aux autres.

L’automobiliste qui, en 2013, a fauché deux piétons à l’avenue de Châtelaine, avait consommé du cannabis. D’autres exemples tragiques ont été cités dans la presse ces dernières années. Il est surprenant que certains puissent encore prétendre que le cannabis est sans danger. Bien que souvent appelé “drogue douce”, le cannabis a des effets extrêmement pervers et sournois. Pour le cannabis “allégé” par exemple, les principaux effets sont de modifier les perceptions, ralentir les réflexes et diminuer la capacité à réfléchir.

Aux États-Unis, une étude approfondie portant sur des analyses de statistiques, publiée en octobre 2018 par l’Institut d’Assurance pour la Sécurité Autoroutière (IIHS – Insurance Institute for Highway Safety), a constaté une hausse de 6% d’accidents dans les quatre États qui ont libéralisé le cannabis. Il va de soi que le nombre de victimes est parallèlement en augmentation. Sans compter les conséquences financières et concrètes pour le conducteur.

La propagande actuelle cherche à masquer le danger que représente le cannabis. Ici nous n’avons traité que des accidents routiers. Mais l’on pourrait en dire tout autant de la péjoration de la santé du consommateur, des échecs scolaires, de la baisse de productivité et de l’augmentation de la criminalité.

Nos autorités auraient-elles, elles aussi, été dupées par cette propagande ?

Pour tout renseignement, contactez le chargé de la communication patrice.b@adnad.org